Etoudi Gedeon 12:54:00

L’ancien capitaine des Lions Indomptables va mieux. Il a quitté l’hôpital et poursuit sa rééducation à Paris. Il s’est confié à nos confrères du journal sportif L’Equipe. Près de 3 mois après l’accident vasculaire cérébral (AVC) qui failli lui coûter la vie, l’ancien capitaine des Lions Indomptables Rigobert Song Bahanag, parle. L’emblématique «Magnan» s’est exprimé dans les colonnes du quotidien sportif français L’Equipe en kiosque ce 24 décembre 2016. Song a quitté l’hôpital La Pitié-Salpétrière le 21 décembre 2016.  

Au micro de notre confrère français Rigobert Song Bahanag a évoqué la période de sa grave maladie. Il est revenu avec précision sur le moment de l’incident qui l’a conduit à l’hôpital.    «J’étais devant la télé à l’étage de ma maison à Yaoundé et j’ai ressenti un gros coup de fatigue, commence Song. J’avais laissé ma porte ouverte parce que quelqu’un devait venir. Si ma porte avait été fermée à clé, c’était terminé. Ma chance, c’est d’être tombé sur le côté, donc ma langue sortait. Ma tension était à 25 et tout a explosé dans ma tête» Le sélectionneur national des Lions Indomptables A’ a ensuite parlé du combat contre la maladie, rythmé par sa détermination à rester en vie. «Dans le coma, c’était comme un rêve. J’ai vu ma famille partie qui me disait: "Tu fais quoi ici ? Tu dois rentrer." J’ai commencé à me débattre. J’étais attaché mais j’ai tout arraché. J’avais une puissance incroyable. Quand le médecin me voit aujourd’hui, il me dit: "Monsieur Song, on a eu des cas mais vous êtes exceptionnel. Sur quarante cas, trente sont partis et les dix qui restent ont des séquelles. Vous êtes impressionnant.».

Désormais mieux portant, Rigobert Song pense aux autres malades frappés par un accident vasculaire cérébral. Il veut les aider. L’ancien de Metz et Liverpool tient aussi à se ménager car une rechute est possible. «Quand je suis sorti du coma, je faisais 60kg. Comment un homme armé physiquement comme moi en est arrivé là ? Ma chance a été de faire des progrès de jour en jour. Aujourd’hui, j’en suis à 65kg. Au début, je ne pouvais pas parler. Aujourd’hui, quand on me voit, on ne peut pas imaginer comment j’étais. Quand je fais de la rééducation, aujourd’hui, je veux aider les autres car je sais ce que c’est. Je suis vraiment revenu de très loin. Les choses peuvent très vite changer. Je le sais encore plus aujourd’hui, car je suis un miraculé».

Rigobert Song Bahanag n’a presque pas de séquelles de son AVC. Seuls 3 orteils d’un pied n’ont pas encore retrouvé toute leur mobilité, mais le champion assure qu’ils deviennent de plus en plus agiles. Song Bahanag  a été installé depuis mercredi 21 décembre 2016 ???? loué par l’ambassade du Cameroun à Paris.

Sources : Cameroon Infos

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.