Etoudi Gedeon 14:02:00

Ça se passe au Maroc précisément à Tamesna Cette fillette que vous voyez sur la photo vient d’être arraché à l’affection de ses parents par une marocaine sans cœur.

LE FILM DU MEURTRE
Comme tous les jours, la petite se retrouve avec ses amis (parmi lesquels se trouvent les enfants de la meurtrière) au bas de leur immeuble pour jouer. L’enfant se mit à jouer avec une poussette qui appartenait à la meurtrière. Celle-ci du haut de son balcon intima l’ordre à la fillette de ne pas jouer avec la poussette. Comme vous le savez les enfants sont souvent têtus. 

Elle continua donc à jouer avec la poussette malgré l’interdiction de la dame. Furieuse celle-ci descendit, prit la fillette remonta avec elle dans son appartement et se mit à la battre violemment jusqu’à ce que mort s’en suive. S’étant rendu compte de la bêtise et du pétrin dans lequel elle venait de se mettre, la meurtrière souleva la fillette et la déposa dans un grand pot de fleur extérieur (les pots faits en ciments). Elle sortit rapidement de son appartement et alla se réfugier dans l’appartement d’une voisine et de mit à guetter son appart. 

Les amis de l’enfant ayant suivi toute la scène en cachette et voyant que leur amie ne bougeait plus dans le pot de fleur, accouru chez la mère de cette dernière (une congolaise) et lui rapportèrent les faits. Celle-ci se rendit sur les lieux et découvrit le corps sans vie de sa fille en cherchant désespérément le fautif. Les enfants ayant aperçu la dame marocaine chez la voisine qui regardait la scène, la pointèrent du doigt en disant à la mère de la fille que c’est elle qui l’avait battu. 

Cette dernière est arrêtée par la police arrivée sur les lieux et qui a découvert qu’avant d’être jetée, la petite avait un trou à la nuque, causé par un tournevis qu’on lui a enfoncé.. La dame fut conduite au poste de police pendant que les jeunes « blacks » du quartier se ruèrent chez le mari de cette dernière et le tabassèrent. J’ai décidé de partager cette histoire avec vous pour que justice soit faite et qu’à l’avenir plus jamais cela ne se reproduise.

Sources : Culturebene

Laissez un commentaire...

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.