Etoudi Gedeon 18:30:00

Cette année 36 africaines victimes de la mafia sont arrivées enceintes en Espagne du Nigeria ou de la Guinée  « Les 18 heures de traversée,je les ai passé les yeux fermés parce que j’avais peur et je ne savais nager,jusqu’à ce qu’on a secouru.Il y avait sept autres filles enceintes aussi et nous étions 54 personnes au total dans le zodiac.J’ai bu mes urines.

Bien avant au Maroc,mon passeur m’a enceinté et quand j’ai voulu m’en aller,il m’a vendu 1500 euros à un autre passeur ».La nigériane Beauty ( nom fictif) décrit comment elle a traversé le détroit de Gibraltar enceinte,terrorisée d’affronter pour la première fois les vagues après avoir été vendu par un réseau mafieux pour l’exploiter sexuellement en Espagne.

Plus de 3000 personnes risquent leur vie chaque année dans des embarcations de fortune qui partent des côtes marocaines et Libyennes vers le rêve européen.Certaines sont des femmes le plus souvent enceintes avec des histoires sordides de famine et abus que la police et les ONG tentent de comprendre. Cette année elles ont été 36 selon les organisations humanitaires,mais les chiffres réels sont plus élevés du fait que que nombreuses s’échappent des contrôles établis.En 2015 43 jeunes filles des pays comme le Nigeria ou la Guinée avaient été recueillies.

Quand une fille africaine traverse la mer enceinte,la loi empêche son expulsion du pays. « La mafia utilise l’enfant comme un élément de chantage pour obliger les filles à marcher selon leur volonté. Avec un enfant né sur le territoire européen,il est impossible de les expulser et c’est une affaire juteuse. » affirme le responsable de l’UCRIF ( unité centrale du réseau d’immigration illégale et de la falsification de documents) à Algeciras.

Sources : Lolaka ya congo

Laissez un commentaire dans le box plus bas...

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.