Etoudi Gedeon 07:12:00

Le 03 Décembre 2010, la cour constitutionnelle de Côte d’ivoire proclame Laurent Gbagbo vainqueur de la présidentielle, 51,45 % des suffrages exprimés à Laurent Gbagbo, contre 48,55 % pour Alassane Ouattara. Quelques jours avant la proclamation des résultats par l’institution désignée par la constitution, c’est depuis le quartier général du candidat Ouatara que le CEI donnera vainqueur, le candidat de l’opposition.

Curieusement, c’est ce résultat proclamé depuis le QG de l’opposant Ouatara qui sera validé par la communauté internationale faite de l’occident. A peine deux semaines sont passées après la proclamation de la victoire de Gbagbo, Jean Ping débarque en Côte d’ivoire. Officiellement pour une médiation, mais en réalité il est porteur d’un message de Gudluck Jonathan, président en exercice de la CEDEAO.

Le message était clair, Gbagbo doit quitter le pouvoir. « Je suis le seul président élu », ce sera la réponse du président Gbagbo à Jean Ping qui, vexé de voir la mission confiée par Gudluck Jonathan et son allié Sarkozy échouer, va immédiatement s’envoler vers l’Algérie demander la mise en place d’une force d’intervention de l’UA en Côte d’Ivoire. NON, dira Alger qui pensait que seul le dialogue pourrait résoudre cette crise.

Alors que les signes de déstabilisations pesaient sur le pays, le président Gagbo proposera à l’UA de recompter les voix, ni Ping, ni les Etats-Unis, et l’UE donneront un avis favorable, tous focalises sur ‘’Gbagbo va partir’’

Le revers de la médaille
Aujourd’hui Ping est candidat à la présidentielle en Côte d’Ivoire. Dès le  lendemain des élections présidentielles du 27 Aout 2016, avant même de recevoir le procès-verbal de la région du Haut-Ogooué, le Candidat Ping, suivant le scenario Ivoirien de Ouatara va s’autoproclamer vainqueur des élections et appeler Ali Bongo à reconnaitre sa défaite. Ping n’a pas cesse de parler de violence depuis le début de la campagne électorale, aujourd’hui avec la communauté internationale, il invite Ali au recomptage  des voix.

Pourquoi celui qui fut président en exercice de l’UA, qui prétendait lutter contre l’ingérence occidentale en Afrique subitement  se retourne vers la France et les Etats-Unis pour trouver une solution à la prétendue crise électorale au Gabon ? Toute l’Afrique a vu Ali Bongo battre campagne, personne n’a écouté Jean Ping sauf à dire, ‘’votez moi, le reste on verra’’

Depuis l’annonce des résultats, les populations sont dans la rue avec pour principales cible, les prisons. Les gabonais doivent faire preuve de beaucoup de prudence, car ceci n’est que le début d’une vaste stratégie du chaos par des forces obscures.Ceux qui allument le feu sont généralement absents pour l’éteindre

Par le Dr Clément Petsoko

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.