Etoudi Gedeon 11:16:00

Lorsque Jackline Mwende a demandé des conseils concernant son mauvais mariage, elle a reçu le même conseil que de nombreuses femmes victimes de violence domestique reçoivent: rester et se battre pour son mariage. Le premier pasteur à qui elle est allée demander conseils, lui a dit de rester et prier pour son mariage.

Un hôpital de Nairobi au Kenya a dit au couple que Mwende, 34 ans, était fertile et saine, mais son mari avait des «problèmes» en matière de reproduction. Cependant, elle a cru en son mariage et avait été conseillée par un autre pasteur et quelques-uns de ses amis de rester et d’essayer d’aider à surmonter cette difficulté.

Pasteur Patrick Kioko de l’église SDA de Masii District, qui était le bras droit du couple a révélé dit à ”Nation Kenya”, lundi dernier que le mariage entre Mme Mwende et M. Ngila avait été rose au début, mais les choses ont commencé à changer vers la fin de l’année dernière. “Il semblait y avoir un espoir de réconciliation, mais l’homme n’était pas prêt pour une union. En fait, il a même déménagé et a loué une chambre dans la ville de Masii.”

Il a dit que Mwende avait peur “d’être considérée comme celle qui a brisé son mariage.”Le problème a été emmené devant l’église parce qu’il semblait ne pas être résolu et le couple a été invité à régler leurs différends et à sauver leur mariage. “Mais nous avons remarqué que l’homme était déterminé à partir. Donc, il a été convenu qu’ils vivent en paix dans leur foyer séparé et demandent aux tribunaux de dissoudre le mariage. Parce qu’en tant qu’ église, nous ne dissolvons pas les mariages.”

Il dit que l’église avait l’intention de les réunir, mais l’attaque avait déjà eu lieu.

“Nous avons été choqués par ce qui est arrivé même après tous les efforts que nous avons fait. La colère est dangereuse dans une union et ceci est quelque chose que nous devrions tous apprendre.” Mme Mwende a rencontré M. Ngila, un tailleur, en 2010, et elle dit que ça a été le coup de foudre. Elle a décrit son mari comme un homme “gentil et craignant Dieu”.
“Il m’a appris comment faire des robes et des vêtements. Nous sommes tombés amoureux pendant ce temps et nous avons eu un mariage à l’église trois mois plus tard,” dit-elle. “Mais il est progressivement devenu violent et ivrogne. Il passait plus de temps dans la ville de Masii et revenait tard dans la nuit, ivre et violent. Quand il m’a attaqué le dimanche, il était ivre. Mais je suis restée parce que je voulais sauver le mariage et ma maison “. Les larmes montaient aux yeux de sa mère en entendant la détermination de sa fille à sauver son mariage.

«Je l’ai supplié d’emballer ses affaires et quitter leur maison dans le village de Ilinge à cause des querelles constantes, mais elle a dit qu’il allait changer. Alors, voici ce qui est arrivé,” a déploré la mère Mme Jane Munyoki. “Je lui ai donné ma fille, qui était complète et saine, et maintenant, elle n’a pas de mains. J’espère que le gouvernement ne le libérera pas.”

6

Pendant ce temps, Stephen Ngila a été accusé d’avoir tenté d’assassiner sa femme. Il a comparu devant une cour de magistrats. Il a nié les accusations et a été envoyé en détention provisoire jusqu”au 5 Août.

Sources : AfrikMag

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.