Etoudi Gedeon 07:16:00

Le quotidien Le Jour du 26 août rapporte que ce sont des éléments envoyés en mission par le «haut commandement» qui ont interpelé le Capitaine Hamadjam Hamadjam. «Peu avant 20h, deux gendarmes sont arrivé dans son domicile d’astreinte et lui ont demandé de faire son sac. 

Il est entré chez lui et il est ressorti avec un sac à dos il est entré dans la voiture des visiteurs qui l’ont amené (…) il a immédiatement été remplacé par le capitaine du groupe d’escadron (le Capitaine Onana)», lit-on. Selon le tabloïd, le Capitaine Hamadjam Hamadjam est actuellement incarcéré à la prison centrale de Maroua, Chef-lieu de la Région de l’Extrême-Nord.
«Un membre du Comité de vigilance de la ville avait déclaré que lors d’un braquage, il avait reconnu un gendarme. Surpris, le gendarme a hésité à tirer sur le vigile. C’est alors que le vigile qui connait très bien le Capitaine Hamadjam Hamadjam a entendu sa voix ordonner à son subalterne: «Abats-le, tire sur lui», révèle le journal. 
Le vigile qui a pu se sortir d’affaire a relaté les évènements. Ses propos sont venus s’ajouter aux nombreuses plaintes des populations et aux dénonciations faites par la presse.
A la suite de tout cela, une enquête a été commanditée par la Présidence de la République, dirrigée par le Commandant de la Légion de Gendarmerie de l’Extrême-Nord, le Colonel Dambouka. C’est ainsi que la main a été mise sur le Capitaine Hamadjam Hamadjam. Selon Le Jour, d’autres arrestations devraient avoir lieu dans les heures qui ont suivi l’arrestation du commandant de compagnie.

L’on s’achemine assurément vers la fin des braquages dans le Département du Mayo Tsanaga, l’un des trois départements que compte la Région de l’Extrême-Nord où sévit la secte Boko Haram. Selon les sources sécuritaires, 36 braquages ont été perpétrés dans ce Département depuis septembre 2015. Les commerçants de Mokolo étaient les principales cibles.

Sources : CamNews24

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.