Etoudi Gedeon 10:25:00


Il est productif, inspiré, speed , ironique, satirique, controversé, sans scrupule, maniaque et ce n’est pas ce qu’on dit de lui qui l’empêche d’évoluer. Depuis que Jovi a viré au ndem, Maalhox est le rappeur Camerounais le plus actif, il multiplie les singles et gagne du terrain. Tout ça est bien, je l’ai dit car le game a besoin d’activités et de visibilité. 

Comme je l’ai expliqué dernièrement cette fois ci il est à la conquête de Paname. A moins d’un mois de la sortie de son titre "ça ne rit pas ", Maalhox est revenu avec "Tu montes, tu descends" en créant déjà la polémique sur les réseaux sociaux par un post assez piquant sur son statut Facebook. Mais je vous l’ai dit, les bonnes actions doivent être saluées, mais on doit savoir poser des limites lorsqu’il y’a exagération.

Images du clip
Le clip le plus osé du Rap Camerounais.

20.000 vues de 19h à 06h, c’est le record des vues de sa dernière sortie sur Youtube. Ce vidéogramme osé, frisant les limites de la perversité de l’ignorance de la bassesse et un reflet mal orienté de notre environnement. Des femmes presque nues, des « Panthères » , des femmes faciles secouant leurs fesses de partout, des mecs le collant et les appuyant de partout. Oui ce n’est pas la première fois que cela arrive, mais au Cameroun si !! « On a souvent vu pire dans les clips de Rap Américains et même dans certains sons de Booba, ou dans les clips de Lil Wayne , Rick ross et je sais pas qui d’autres. 

Rappelez vous de « Trip dill » du rappeur Nelly quand c’est Maalhox vous parlez, mais quand c’est les autres vous ne parlez pas … » Ah bon hein ? De 1. Le Cameroun ce n’est pas les states, ici on a des valeurs et des mœurs plus sensibles et plus cadrées. De 2. Moi personnellement je n’ai jamais apprécié le coté « Macho » de ces rappeurs Americains qui prennent les femmes pour des objets sans respect et sans dignité. Maalhox a fait ça, on dirai qu’il a ramassé toutes les putes de la ville de Yaoundé pour les mettre dans ce clip .


Images du clip

Qu’on nous laisse le prétexte de l’ironie 

Je pense que nous avons un problème. Oui nous les Camerounais, nous les noirs, nous ne sommes pas bêtes hein, mais nous sommes de bons suiveurs. Nous ne savons pas nous remettre en cause ou déposer un jugement objectif. Nous répétons tout ce qu’on entend. Le nouveau mot des rappeurs Kamer c’est « Ironie » genre « Ce que je fais c’est de l’ronie, je montre en fait comment notre société est » . C’est ça même ! Tu es le seul ? C’est ta part de justification là bas ? Arretez, arretons !!! Honnêtement. Quand un vieux comme Maalhox accomagné de son équipe dont le plus jeune est au moins trentenaire, montre que avoir des couilles c’est crier à haute voix« Tu montes tu descends, aujourd’hui je vais seulement mettre ça dédans » , dire de la façon la plus crue et la plus désinvolte possible. Quelle inspiration ? Vous savez ce qui est ironique c’est ça en fait. Etre aussi pervers et manquer de pudicité c’est friser la honte et la bassesse. C’est tout ce que vous avez vu que vous pouvez mettre en avant ? C’est ça la société Camerounaise ? Foutaises.

Obscénité et machisme garanti

« Après le mangement, tu dis que tu ne veux pas l’écrasement ? après le boivement tu dis que tu ne veux pas le Niassement » . C’est ça qu’on peint n’est ce pas ? L’homme Camerounais qui met son sexe n’importe où et ne courtise la femme qu’au prix d’un plat en concevant qu’elle doit lui livrer son corps après avoir bénéficiée d’une miette de son argent.



« La couleur du String ne fais pas le contenu, si j’ouvre ça et que ça sent… Mouf ! je parfume les bêtises et continus». Je ne sais pas si vous vous rendez compte, nous ne sommes pas entre potes au kwatt, nous sommes dans une musique que tout le monde va écouter, que les enfants ou les plus jeunes vont mettre dans leurs oreilles en prenant l’artiste comme model et en répétant ses vibes.

Images du clip

Les enjeux du son

En marketing on dit « il y’a pas de Bad buzz », c’est un peu vrai parce tout ce qui réussit à faire parler de toi peut être exploité en retour. Ici c’est un peu le cas : La recherche d’un bad buzz et même d’une censure rendrait encore les gens plus curieux d’écouter le morceau et par la suite le public y restera piégé et l’adoptera. Même s’il faut reconnaître que Maalhox s’assume en bad boy et en Thug. Evidement le style Afro trap convient bien à la vogue de Paname à l’heure actuelle (le son est d’ailleurs sorti en exclu sur la radio de Booba, OKLM en France) . Le côté gimmick le rend captivant et directement assimilable.


Maalhox kicke dur, performe, oui je le reconnais, mais les enjeux ne doivent pas se limiter lorsqu’on fait de la musique à dire ce qu’on veut n’importe comment sans tenir compte du public. J’avoue d’ailleurs que côté Rap il a encore mis la barre haute mais, il a Sali les vertus ce morceau avec son contenu dérivant. S’il veut qu’il dise « Le cul de ma mère » comme il a déjà dit pour certains dans son post. Je vous dis que nous avons mal compris les concepts d’ironie, de dénonciation, de liberté d’expression, de représentation et d’exploitation de nos réalités.

Ne me dites plus que K-tino , Lady ponce ou Amazone font ça aussi, on débat sur ce positionnement depuis des années et je vous dis c’est nous qui avons accepté. Demain le vent de Sodome soufflera sur la musique et la société (celle de futures générations) sera empestée de clones de Maalhox ou pire. Voilà ce qu’on appelle « Tuer », pas pour « Tuer », « Tuer pour de vrai ». Je n’écris pas avec la haine, mais avec un positionnement civil et non moralisateur, que celui qui comprend comprenne.


Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.