Etoudi Gedeon 20:52:00

Le mouvement, très populaire aux Etats-Unis à la fin des années 90, ressurgit à Barcelone et gagne de nombreux adeptes parmi les jeunes, pour qui le SIDA n’est plus une maladie mortelle.
Le concept de la roulette sexuelle (qui s’inspire de la roulette russe) consiste à réunir un groupe de personnes dans un endroit convenu à l’avance pour participer à une orgie, sans aucune protection.

 Parmi ces invités, un porteur du VIH, que nul ne pourra identifier. Et c’est là où réside pour les participants tout l’intérêt de ce jeu sexuel : flirter avec le danger, rester toujours avec le doute. Certaines fêtes n’acceptent que des porteurs du virus, tandis que d’autres proposent des comprimés bleus censés prévenir la contraction du virus, des médicaments non prescrits en Espagne et donc achetés au marché noir. Le phénomène, qui avait fait grand bruit outre-Atlantique il y a une vingtaine d’années, a ainsi ressurgi à Barcelone au sein d’une génération qui ne voit plus le VIH comme un virus mortel et estime que les rapports non protégés ne sont finalement pas si dangereux.

Selon la radio Ser Barcelona, l’Hospital Clinic, hôpital de référence à Barcelone, accueille chaque jour des centaines de personnes venues se renseigner sur le virus et traite actuellement 4500 patients affectés. Ces ” fêtes sexuelles ” ont également causé une forte augmentation des infections dues à l’hépatite C ainsi que la réapparition de maladies que l’on croyait éradiquées comme la syphilis, la chlamydia ou la gonorrhée. Pour vous informer à Barcelone, téléphonez gratuitement au service information SIDA : 900 212 222 (8h-15h) ou prenez rendez-vous dans votre centre médical.

Source : Equinoxmagazine

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.