Etoudi Gedeon 19:53:00


Le géant saoudien de la construction Binladen Group, confronté à de sérieuses difficultés financières, a licencié 77.000 travailleurs étrangers, a affirmé lundi le quotidien Al-Watan en citant un responsable du groupe.

Binladen Group est une entreprise familiale fondée en 1931 par le père de l'ex-chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden, tué il y a tout juste cinq ans par un commando américain au Pakistan. Des informations circulent depuis plusieurs jours sur des milliers de licenciements, des salaires impayés et des actions de protestation d'employés de Binladen Group, maître d'oeuvre de gros chantiers dans le royaume, aujourd'hui affecté par la baisse des prix du pétrole. Interrogé par l'AFP, un porte-parole du groupe n'était pas en mesure de réagir dans l'immédiat.

Saudi Binladen Group a licencié, jusqu'à dimanche, 77.000 ouvriers étrangers qui ont obtenu «leurs visas de sortie» d'Arabie saoudite, a indiqué le responsable non identifié cité par le journal, en précisant que la société employait au total quelque 200.000 travailleurs étrangers dans le royaume saoudien. Cette vague de licenciements pourrait toucher aussi quelque «12.000 des 17.000 Saoudiens employés comme responsables, ingénieurs, agents administratifs ou contrôleurs» par le groupe, a-t-il ajouté.

En crise depuis la chute d'une grue à La Mecque
Le responsable anonyme a indiqué que «la compagnie et les ministères du Travail et des Finances sont responsables» de cette situation, sans préciser ce qu'il leur reprochait. La masse salariale du groupe tourne autour de 2 milliards de riyals (466 millions d'euros), et les projets du groupe en Arabie saoudite et à l'étranger sont estimés à 136 milliards de riyals (32 milliards d'euros), toujours selon ce responsable.

Binladen Group a été en charge notamment des travaux d'agrandissement des Lieux saints à La Mecque. Mais le groupe s'est retrouvé plongé dans une crise sans précédent après des sanctions du gouvernement saoudien consécutives à la chute en septembre 2015 d'une grue à La Mecque, qui avait fait plus de 100 morts. 

Le Parisien

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.