Etoudi Gedeon 20:26:00
Canal du Mfoundi a Yaounde au Cameroun

Longtemps resté calme depuis la clôture de la première phase du Projet d’assainissement de Yaoundé (PADY I), le canal du Mfoundi à Yaoundé revit. Le PADY II est actuellement en cours et les changements sont déjà perceptibles. La piste couverte d’herbes et reliant la Société camerounaise de dépôts pétroliers (SCDP) au marché Mvog-Atangana Mballa se transforme petit à petit. 

L’axe est désormais plus grand et sa réhabilitation la rend facile d’accès. Toujours sur le long du Mfoundi, cette fois, peu avant de rejoindre la route de Nsam, un grand espace est aménagé. Des voies d’accès ont été créées. Le bitume n’y est pas encore posé mais les populations manifestent déjà leur joie. Car, la principale route aboutie au marché Nsam. « Nous sommes très contents. Il était devenu impossible de passer ici dans la nuit mais depuis que cette entreprise a créé ces routes, nous sommes soulagés et souhaitons seulement qu’ils aillent jusqu’au bout », lâche un riverain. Cependant, sur le site aucun ouvrier n’est présent.

A la base de l’entreprise chargée des travaux (Razel), située tout près du lieu dit « Abattoir », plusieurs ouvriers sont à l’œuvre. Le vrombissement des engins est d’ailleurs perceptible à quelques mètres. Des gros camions vont et viennent. Les uns transportent du sable et les autres du gravier. Selon une source bien introduite à la Communauté urbaine de Yaoundé, maître d’ouvrage du projet, la construction du canal de drainage des eaux pluviales du Mfoundi implique entre autres, l’aménagement de deux voies de onze mètres de largeur moyenne en béton bitumineux sur les 2 400 premiers mètres. Mais également le renforcement des voies sur berges construites dans le cadre du PADY I, sur 3 000 mètres.

La réalisation d’ouvrages particuliers (ouvrages de transition assurant la continuité des écoulements, ouvrages de chutes, etc.) et les travaux de protection de l’environnement. Le projet prévoit, en outre, la protection et la délimitation des emprises des canaux pour des aménagements paysagers (alignement d’arbres, haies, etc.) ainsi que l’éclairage public. Il est aussi envisagé la construction des rampes d’accès, des ouvrages de franchissement pour véhicules, des équipements de sécurité et de signalisation. L’objectif visé est la lutte contre les inondations dans la capitale. Les travaux sont prévus pour durer 36 mois.
Cameroon Tribune

Sources : Cameroun Liberty

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.