Etoudi Gedeon 06:49:00

Voitures made in Cameroon : 15 hectares pour les usines Le gouvernement à travers la Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles vient de signer une convention de mise à disposition avec la Cameroon automobile industry compagny. La cérémonie de signature de convention entre le gouvernement représenté par la Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles(Magzi) et le groupe indo-chinois représenté par la Cameroon automobile industry compagny(Caic) pour la mise à disposition de 15 hectare de terrain est venu donné encore plus d’envergure au projet de montage de véhicules prévus dans notre pays.  

Les 15 hectares seront mis à disposition à Kribi et à Douala  pour permettre à la Cameroon automobile industry compagny(Caic) de mettre en œuvre son projet suite à la convention signée en juin 2015  entre le gouvernement du Cameroun et l’indien Azad  Coach, premier fabricant et exportateur de bus classe mondiale indien et le chinois Yutong, premier constructeur  automobiles chinois et troisième dans le monde.

Ce projet devrait faire du Cameroun un hub pour la sous-région et même au-delà selon le directeur général de la Caic, Manoj Khiyani. Les véhicules produits à l’instar des bus, camions et véhicules légers seront tous tropicalisés et le Cameroun bénéficiera d’un transfert de technologie avec la formation en chine de plus de  40 ingénieurs et techniciens camerounais.

La Caic se propose même d’impacter sur l’environnement de ses deux usines de montage en menant des actions socio-économique pour les populations riveraines. Le projet d?un montant de plus de 92 milliards fcfa va générer plus de 4600 emplois. Il bénéficie de l’accompagnement du ministère des mines, de l’industrie et du développement technologique et de celui de l’Agence de promotion des investissements(Api). La récente signature est aussi venue rassurer les camerounais quant au sérieux de ce projet, car ils restent échaudés par le fumeux projet d?un groupe chinois qui n’a jamais vu le jour depuis 2013, date annoncée pour les premier véhicules. Il reste que les administrations camerounaises devraient faire preuve de plus de célérité afin que le temps entre les signatures des conventions et celui des réalisations ne soient plus aussi long.

Au terme de la cérémonie Roger Ndjakam, l’associé camerounais du consortium CAIS a déclaré que «La plus grosse contrainte au projet vient enfin d’être levée», il rêve désormais de mettre en circulation dans un an maximum le premier véhicule monté au Cameroun.

© Source : Diapason


Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.