Etoudi Gedeon 14:56:00

On se souvient tous du journaliste irakien qui avait lancé une chaussure en direction de George W. Bush en 2008. Lors d'un conférence de presse conjointe de l'ex-président américain et de Nouri al-Maliki, premier ministre irakien de l'époque, le journaliste irakien Muntadhar al Zaidi lance ses deux chaussures en direction du président américain qui se baisse pour éviter les projectiles, tout en criant: «C'est le baiser de l'adieu au nom du peuple irakien, espèce de chien!».

Un acte qui vaudra finalement au journaliste un an de prison ferme. Dans la culture arabe, se faire traiter de «chien» ou se faire lancer une chaussure représente l'insulte suprême, rappelait Libération dans un article sur le sujet.


Le don de Messi

Ce geste, qui avait fait le tour des chaînes de télés du monde entier à l'époque, le footballeur argentin Lionel Messi, grande star du football mondial, n'a pas dû y penser en offrant innocemment une de ses paires de crampons samedi 26 mars en direct sur la chaîne MBC Misr pour une enchère destinée à une oeuvre de charité en Egypte.


Lionel Messi sur la chaîne MBC Misr le 26 mars. Capture d'écran YouTube. 
Un don qui a causé une polémique, notamment dans la classe politique égyptienne. Le parlementaire Said Hasasin a déclaré dimanche 27 mars lors d'un talk-show télévisé, comme le rapporte le quotidien égyptien anglophone Ahram:
«Nous [les Egyptiens] n'avions jamais été humiliés de la sorte durant notre histoire qui a débuté il y a sept millénaires. Je vais vous frappez avec vos chaussures, Messi. Ceci est ma chaussure, je vais en faire don à l'Argentine.».
«On n'a pas besoin de ses chaussures et les pauvres en Egypte n'ont pas besoin d'aide venant de quelqu'un qui est juif ou a la nationalité sioniste...», a ajouté dans la même émission le porte-parole de la Fédération de football égyptienne Azmi Mogahed.

Selon le Washington Post, la page Facebook pro-Frères Musulmans «Rabi'ah's Pulse» est allé encore plus loin dans l'analyse politique en affirmant: «Ce n'est pas seulement une insulte pour l'Egypte mais également une humiliation pour les militaires qui ont tué des innocents et kidnappé le président Morsi (renversé par l'armée en 2013)».

Une polémique en réalité inutile puisque Lionel Messi, peut-être un peu maladroit sur le coup, n'a jamais voulu insulter l'Egypte par ce geste. La présentatrice télé Al Sharkawy qui interviewait le joueur du FC Barcelone lors de son don de charité a d'ailleurs déclaré au média égyptien Ahram: «Tout cela est faux. Cela est habituel dans notre émission de garder un souvenir de notre invité pour ensuite en faire don à une action de charité».

Sur Twitter, de nombreux internautes ont tourné en dérision cette polémique égyptienne. «Hey l'Egypte, puis-je vous envoyer mon adresse pour recevoir ces chaussures? Je serais heureux d'être insulté par Messi», a par exemple écrit Ryan Dykhouse.
Hey Egypt, can I forward you my address for those shoes? I'm happy to be insulted by Messi. https://t.co/cztgQUQhyk
— Ryan Dykhouse (@rydyguy) 31 mars 2016
L'ancien footballeur égyptien Mido, notamment passé par l'OM, a lui écrit toujours sur le réseau social: «Le bien le plus précieux pour un écrivain est son crayon, et pour un footballeur la chose la plus précieuse est sa paire de chaussures.»
"The most precious thing the writer owns is his pen… and the most precious thing the footballer owns is his shoes."[email protected] #Messi
— Footybedsheets (@_shireenahmed_) 29 mars 2016

Sources : Slate Afrique


Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.