Etoudi Gedeon 05:56:00

Marché « Double balle » à Bépanda, dans l’arrondissement de douala 5e. Il est 11h, les femmes forment des blocs. Elles scrutent les tas de poulets sur les étalages. « Oui Asso, tu veux le poulet de combien ? Viens prendre ton gros tas avec le cadeau ma Co », s’écrie Mama androïde, commerçante.

Concomitamment, elle manipule les tas de poulets de ses mains nues et du revers de sa main, elle chasse les mouches qui s’invitent. Elle nous livre ici sa source d’approvisionnement. « J’achète mon poulet à Souza très tôt le matin à 2800 FCFA, pour venir le nettoyer sur place. Je fais les tas de 500 FCFA pour aider les femmes à manger le poulet chaque fois. J’exerce cette activité depuis un an. Jusque-là, je ne me plains pas puisque je fais des bénéfices», déclare-t-elle.

Des poulets sur pied sont égorgés, nettoyés sur place et reconstitués en tas : une patte, deux ailles et une moitié d’abdomen, deux pilons une avant cuisse, un cou, une poitrine, une aille, gésier et autres intérieurs font office de commande. Un type de commerce qui semble attirer les femmes. « Les clientes ont un amour sérieux pour les ventes en tas ou en détail », apprend-on des commerçantes.
Par ailleurs, certains commerçants ont développé des stratégies pour fidéliser cette nouvelle clientèle. « Je leur donne le cadeau pour qu’elles reviennent toujours chez moi», susurre Patrick Tchamba, détaillant de poulets. A l’opposé des autres détaillants, Patrick Tchamba est éleveur de poulet à la base. Il nous confie les secrets du secteur, « quand je mets le poulet entier déjà nettoyé à 3200 FCFA, peu sont celles qui peuvent en acheter faute de moyen. J’avais aussi constaté que la vente de poulet sur pied ne passait pas ; un poulet de 3000 FCFA que je proposais, avait peine à être vendu alors j’ai opté pour le détail, je m’en sors mieux, je vends 10 à 15 poulets par jour ».

Le choix du nombre de tas est fonction du nombre de personne à nourrir. Essomba Chancéline ménagère : « j’ai douze personnes à nourrir, donc acheter un poulet sur pied à 2600 ou 3000 FCFA n’est pas possible pour ma poche, alors je prends trois tas de poulet à 1500 FCFA afin que nous aussi nous puissions avoir des bonnes choses au menu. Je découpe encore ces morceaux à la maison pour que cela puisse nous suffire ».

Pour Epagna, une ménagère, « c’est très pratique, .moi grâce à cette politique je peux manger le poulet à tout moment, avec 1000 FCFA j’achète mon poulet de 500 FCFA le riz de deux cents donc deux verres, mes condiments et je fais un bon petit rôti de poulet ». Le poulet au détail permet donc à chaque famille de pouvoir s’en procurer seulement les mesures hygiènes restent tout de même à déplorer.

Sources : Le flux rss de camer.be

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.