Etoudi Gedeon 10:00:00

Des objets « sans âmes » Le récent verdict viendrait complètement chamboulé les lois présentement en vigueur en Arabie saoudite croit Julie Cousteau, porte-parole chez Amnistie internationale. « C’est le plus beau jour de ma vie! », a-t-elle admis en conférence de presse ce matin. 

« Enfin, les femmes ne seront plus considérées comme des objets sans âmes, mais plutôt comme des mammifères, avec les mêmes droits que d’autres animaux de leur espèce tels que les dromadaires et les chèvres » lance-t-elle, visiblement ému. « Elles sont encore loin d’être considéré à 100% comme des humains, mais leurs conditions s’amélioreront drastiquement suite à cette décision », croit-elle dur comme fer.

Un verdict sans précédent
Le verdict qui est tombé comme une tonne de brique sur l’État saoudien,  n’a clairement pas fait l’unanimité des autorités religieuses et de l’élite politique, constatent les experts.
« Ça risque de créer d’importants remous du côté de l’aspect légal et juridique des choses », commente l’analyste politique spécialisé au Moyen-Orient, Julien Poireau. « Si avant les femmes avaient les mêmes droits qu’une chaise ou une table et étaient considérées comme une propriété individuelle, elles ont maintenant un statut équivalent à certaines espèces animales, ont doit donc, au grand minimum, les nourrir, les abreuver et leur conférer un minium d’attention et de respect, ce qui n’était pas le cas au préalable » note-t-il.

Selon le panel d’experts qui a tranché sur la question, la femme serait dépourvue d’une âme, mais aurait toutefois des qualités communes aux mammifères, ce qui expliquerait leur capacité à procréer et à allaiter, et qu’elle soit dotée d’une colonne vertébrale, ont conclu les experts lors de cette décision historique.

Agence de Presse Régionale – Oumar Kadjalma Touré 

Sur le même Thème...
[youtube src="mcr_4aYYNPg"][/youtube]

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.