Etoudi Gedeon 12:33:00
[youtube width="100%" height="400" src="eqt9AYnPxrE"][/youtube]
[right-side]

Alors que les médias applaudissent Barack Obama qui s’est rendu pour la première fois mercredi dernier dans une mosquée à Baltimore pour condamner les propos politiques inexcusables contre les musulmans américains″, ils n’ont pas jugé bon de nous parler des terroristes islamiques qui ont incendié et brûlé vifs 86 personnes dans le village de Dalori au Nigeria.
″Selon John McHugh, expert dans la lutte contre le terrorisme, les membres de l’État islamique d’Irak et l’affiliation d’ISIS nigériane connue sous le nom de Boko Haram ont utilisé des bombes incendiaires sur les maisons du village et ont rigolé en entendant les cris des enfants, dont des nourrissons, brûlant à mort dans leurs huttes.″
″Lorsque la police et l’armée sont finalement arrivés sur les lieux, ils ont été confrontés à une scène d’horreur remplie de cadavres calcinés, ainsi que des morts criblés de balles qui jonchaient les rues de Dalori et de deux camps de réfugiés à proximité qui abritent plus de 20.000 réfugiés. Le village et les 2 camps ne sont qu’à quelques kilomètres de la forteresse de Boko Haram qui fait partie de la plus grande ville dans la partie nord-est de ce pays d’Afrique et qui est majoritairement chrétienne.″ (source)
Alors qu’un premier bilan faisait état d’une cinquantaine de villageois tués, l’agence Associated Press faisait, elle, référence aux données des autorités locales et a indiqué que le bilan humain s’élèverait désormais à 86 morts.
L’attaque et l’incendie du village auraient duré près de quatre heures selon cette même agence qui affirme également que de nombreux enfants figureraient parmi les victimes, brûlées vivantes.

Un village rasé

boko-haram-carnage

D’après le porte-parole de l’armée nigériane, Mustapha Anka, les islamistes de Boko Haram ″sont arrivés dans le village dans deux voitures et des motos, ont ouvert le feu et brûlé des maisons″. Trois femmes kamikazes ont tenté de se mêler aux villageois, ont été ″interceptées puis ont explosé″, a-t-il affirmé. Quand les assaillants ont fait irruption à Dalori, ″beaucoup de personnes se sont réfugiées dans la brousse, moi inclus,″ a raconté Malam Masa Dalori, un chef local.
″Quand nous sommes revenus le matin suivant le village entier avait été rasé. Un travailleur humanitaire a confirmé sous couvert d’anonymat que l’attaque avait fait plus de 50 morts, précisant que les corps avaient été transférés à l’hôpital. 
Le président nigérian Muhammadu Buhari a assuré dimanche que ″les insurgés avaient immensément souffert des bombardements répétés de l’armée visant leurs camps″ et qu‘ils avaient recours à des mesures désespérées pour attirer l’attention des médias″.
dalori-se-trouve-a-proximite-de-camps-de-deplaces-par-les_3556316_1000x500

Le journal Vanguard a rapporté que l’attaque a eu lieu en dépit des affirmations du gouvernement selon lesquelles les terroristes n’avaient plus la capacité de mener des attaques d’une pareille importance autres que des attentats-suicides, après que l’armée les ait chassés des villes et des villages de la région l’année dernière. Le journal a rapporté que les villageois ont confondu les extrémistes, qui étaient habillés en tenues camouflées, avec des soldats.

Selon Alamin Bakura, un survivant de l’attaque, dont plusieurs des membres de sa famille ont été tués ou blessés, l’attaque a duré près de quatre heures. Un soldat présent sur la scène a précisé à l’AP que dans le même temps, trois femmes kamikazes se sont fait exploser, tuant des personnes qui fuyaient vers le village voisin de Gamori.

Plus inquiétant encore, d’autres soldats, qui ont parlé sous condition d’anonymat parce qu’ils ne sont pas autorisés à parler à la presse, ont confié à l’agence de presse que des troupes sont arrivées à Dalori mais n’ont pas pu prendre le dessus sur les terroristes, mieux armés qu’eux. Les hommes de Boko Haram ne se sont retirés qu’après l’arrivée de troupes supplémentaires munies d’armes lourdes.
De leur côté, les survivants ont déclaré dimanche qu’il a fallu trop longtemps pour que l’aide arrive de Maiduguri, le quartier général militaire de la lutte contre le groupe terroriste, et qu’ils craignent une nouvelle attaque. Au Tchad voisin, deux attentats suicides ont également fait trois morts et 56 blessés dimanche dans une région régulièrement ciblée par le groupe islamiste nigérian. Boko Haram, qui a fait allégeance à l’État islamique, a tué environ 20 000 personnes et entraîné l’exode de 2,5 millions de personnes depuis six ans.

nigeria-86-morts-boko-haram-video

Source : Conservative Base  Sud Ouest

Sources : Fréquence Lumière - info libre

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.