Etoudi Gedeon 11:20:00

Elle a eu lieu ce samedi 20 février 2016 à la Cathédrale Saints Pierre et Paul de Bonadibong.«Tu ne tueras point». Ce cinquième commandement de la Sainte Bible mérite d’être médité par chaque Camerounais. 

L’abbé Jean Bosco Yamb n’a cessé de le marteler ce samedi 20 février 2016 à la Cathédrale Saints Pierre et Paul. Une messe spéciale demandée par le collectif «Au nom de nos enfants» en mémoire des enfants assassinés et ceux portés disparus. Le mal qui s’est officiellement déclaré à travers la triste affaire des crimes rituels de Mimboman se répand comme une peste. Dans les différentes régions du Cameroun, de pauvres enfants sont violés, kidnappés, décapités…

Un sadisme qui plonge plusieurs familles dans l’affliction. «Plus jamais ça !» C’est ce que traduit la présence à la messe des Hommes de médias, des artistes, de quelques leaders de la société civile. «Je suis venu de Yaoundé uniquement pour la messe», confie le président de la Ligue camerounaise des consommateurs, Delor Magellan Kamgain. La famille de la petite Eva âgée de trois ans (décapitée il y a quelques semaines) n’a pas pu faire le déplacement. Elle était occupée à la mise en terre de leur fille. Bien triste.

«La vie est sacrée, ponctue l’abbé Jean Bosco Yamb. En tant que chrétiens, nous sommes frères et sœurs de tout le monde. En tant que fils d’un même père, nous devons vivre dans l’amour et la fraternité. C’est Dieu qui nous donne la vie.» L’homme de Dieu précise dans son homélie qu’il n’y a pas un autre don qui soit plus important que la vie. «C’est un acte de bonté, de miséricorde de la part de Dieu. Notre mission consiste à garder jalousement cette vie. Aucun homme ne donne la vie. Aucun homme n’a le droit d’ôter la vie à quelqu’un.»

Si seulement ces monstres ‘‘humains’’ avaient une conscience. Si seulement les membres du gouvernement décidaient de frapper du poing sur la table… Ils sont mutiques. «On agit comme si la vie de ces enfants, la souffrance des proches ne valaient rien. », se désole le collectif. Hélas ! C’est vrai. «Nous n’avons plus de conscience aujourd’hui. Nous commettons des crimes et nous n’avons pas de remords. L’homme est devenu méchant. Dieu ne laisse pas impuni celui qui touche à la vie», prévient le prédicateur. Qui demande tout de même de prier pour tous ces criminels. Priez surtout pour que, souligne l’orateur, «ces enfants qui n’ont pas pu trouver place dans notre monde, trouvent place auprès de Dieu.»

Selon les précisions de Carole Leuwe, membre fondateur du collectif, la messe n’est que le premier acte d’une longue série d’actions. Des sensibilisations pour plus de vigilance sont prévues dans les écoles, des rencontres avec les parlementaires…

Sources : Le flux rss de camer.be

Sur le même Thème...
[youtube src="qtY9uAFovQg"][/youtube]

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.