Etoudi Gedeon 13:40:00
«Quels jugements peut-on porter sur ces appels à candidatures?», s’interroge le Quotidien Emergence n°683 du vendredi 05 février 2016 en kiosque. En effet, depuis quelques temps, le Cameroun vibre au rythme des élections présidentielles de 2018. Si pour l’opposition tout est fait pour que le président n’aspire à briguer un nouveau mandat, du coté du Rassemblement démocratique du peuple camerounais,  on est déjà en campagne. 

Mais des avis mitigés sont donnés par  certains politologue, sociologue, enseignant et d’autres types d’experts, qui s’expriment à ce sujet. Pour Ahmadou Sehou, politologue, « toute personne qui l’aime ne peut que lui souhaiter une belle retraite », confie -t-il au journal. En effet, à près de 83 ans et après 34 ans de pouvoir, le chef de l’Etat n’a plus les capacités physiques et morales de gérer le pays. « Que Biya se présente encore une élection  n’est pas une priorité pour un peuple qui attend toujours la satisfaction de se besoins les plus élémentaires », poursuit-il.

Erick Achlle Nko’o, analyste politique pour sa part déclare : «  Le président Biya devrait refuser ces appels à candidature ». Ces appels à candidatures sont, pour l’analyste, une coloration identitaire qui illustre concomitamment la recherche de positionnement permanent d’une certaine élite assoiffée de pouvoir. De son point de vue contenu dans le quotidien, le président Paul Biya devrait refuser ces appels à candidature et permettre à d’autres valeureux camerounais comme lui de prendre la main.
[ads-post]
« Biya doit se retirer pour préserver sa dignité », souligne Jean robert Wafo, homme politique du Social Democratic Front (SDF), principal parti de l’opposition camerounaise. Encore que le SDF estime qu’après 36 ans d’exercice d’un pouvoir qui a connu énormément d’échecs et de maigres progrès. Toutefois, la préoccupation majeure avant les échéances électorales de 2018 est de mettre en place des dispositifs essentiels pour des élections crédibles, peut-on lierais le quotidien.

Pour l’homme politique Franck Essi, au lieu d’appeler à  une candidature de M. Biya, nous avons besoin d’ouvrir une transition permettant de réécrire la constitution, de doter le pays  d’une loi électorale juste et équitable ainsi que de renforcer le pouvoir du peuple sur le dirigeant. De nombreux chantiers inachevés en 34 ans ne le seront pas pendant le septennat à venir. Aussi, « Nous appelons Paul Biya à prendre sa retraite », déclare t-il. De nombreuses autres opinions allant dans le même sens que celles précédemment évoquées sont à lire dans le quotidien.

Sources : Cameroon-Info.Net HeadLines

Sur le même Thème...
[youtube src="BpTWKSCvx_4"][/youtube]

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.