Etoudi Gedeon 09:46:00

"En un temps très court, il (Donald Trump, ndlr) réussira à décapiter l'Etat islamique et à s'emparer du pétrole que détiennent les terroristes", martèle solennellement une voix masculine hors champ dans cette vidéo de 30 secondes, destinée à être retransmise début février dans les Etats de l'Iowa et du New Hampshire à l'occasion du premier tour de l'élection présidentielle.

A son habitude, le favori de l'investiture républicaine pour la présidentielle appelle également à une "fermeture totale des Etats-Unis à tous les musulmans qui souhaitent entrer dans le pays". La même déclaration tonitruante, proférée en décembre dernier, lui avait déjà valu une volée de bois vert de la part de la classe politique américaine et internationale.

Quant aux réfugiés mexicains, Donald Trump s'engage à contrer définitivement l'afflux des migrants: il propose en outre d'ériger un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique qui sera financé par ce dernier. C'est cette partie de son spot électoral, montrant des migrants en train de traverser la frontière "américaine", qui a déclenché un scandale. Selon le site PolitiFact, censé vérifier la véracité des propos avancés par les candidats à la présidentielle, cette frontière n'a rien à voir avec celle des Etats-Unis. En réalité, la vidéo en question, poursuit le site, a été tournée à la frontière entre l'Espagne et le Maroc dans l'enclave espagnole de Melilla.

En guise de réponse à ces critiques, M. Trump s'est dit "fier" de cette vidéo, tout en soulignant qu'un homme politique de son envergure n'avait pas besoin de publicité. "Je suis fier de ce spot. Je doute d'en avoir besoin, mais on ne sait jamais ce que la vie nous réserve", a-t-il relevé.

Sources : Sputnik France - Actualités - Prises de Position - Radio

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.