Etoudi Gedeon 10:32:00

Le procès d’un millionnaire se tient actuellement à Londres. L’homme est accusé d’avoir violé une fille de 18 ans. Mais sa version des faits est tout à fait différente

Un millionnaire, promoteur immobilier de 46 ans, est passé en jugement devant un tribunal londonien la semaine dernière pour le viol d’une jeune fille de 18 ans, rencontrée préalablement en boîte de nuit. L’affaire s’est déroulée dans le quartier de West End, au coeur de la capitale britannique. Devant la Cour, Ehsan Abdulaziz a raconté qu’il avait fait connaissance avec une amie de la plaignante quelques mois auparavant. Les ayant rencontrées dans un club huppé, il aurait alors proposé aux deux jeunes filles de les raccompagner à bord de son Aston Martin, selon un compte-rendu du «Telegraph».

Finalement, après un crochet chez lui et quelques verres supplémentaires, le quadragénaire a, selon lui, eu une relation sexuelle avec la jeune fille qu’il connaissait dans la chambre de son appartement. La plaignante, elle, explique se souvenir uniquement s’être réveillée sur le canapé d’Ehsan Abdulaziz, avec l’homme au-dessus d’elle la pénétrant de force et l’embrassant.

Selon le procureur qui a relaté la conversation devant la Cour, la jeune fille de 18 ans a demandé au quadragénaire ce qu’il était en train de faire. «Tout va bien», aurait répondu le promoteur immobilier en indiquant à l’adolescente que sa copine était endormie. «Elle s’est alors levée pour trouver son amie, a essayé de la réveiller mais n’y parvenant pas, elle est sortie de l’appartement aussi rapidement qu’elle le pouvait». C’est une fois hors de l’appartement que la jeune femme a prévenu la police, rappelle «Times of India».

«Elle va devoir le prouver»
Lors de son arrestation en août 2014, juste après les faits, le quadragénaire avait déclaré aux agents qui évoquait le viol dont il est accusé: «Elle va devoir le prouver». Il avait alors livré une première version assez peu crédible. Selon lui, la jeune fille de 18 ans l’a tiré vers elle et a placé ses mains entre ses jambes. Mais lorsque les analyses ADN ont révélé que le sperme de l’homme a bien été retrouvé sur la plaignante, il a été ré-interrogé quelques mois après.

C’est à cette occasion que l’homme a donné une deuxième version détaillée par le procureur devant le tribunal: «il a dit qu’après des relations sexuelles avec l’amie de la plaignante son pénis était encore en érection et qu’il avait du sperme sur ses mains quand il est allé dans le salon. Et lors du second interrogatoire, il a précisé que l’ado qui l’accuse avait pris ses mains pour les mettre sur son vagin et que cela l’avait fait tomber sur elle. C’est ainsi que le pénis aurait accidentellement pénétré son vagin.» Ehsan Abdulaziz nie toute accusation de viol sur la jeune femme. Le procès se poursuit.

Source : 20 minutes

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.