Etoudi Gedeon 10:04:00

Parmi les moments phares qui ont dominé l’actualité africaine, Times24.info revient sur 12 dates qui ont marqué les esprits en Afrique et ailleurs.

Attentat contre l’Université de Garissa, au Kenya
Dans la nuit du 2 avril, un commando de shebabs, liés à al-Qaïda, s’introduit dans l’université et tue 142 étudiants après les avoir triés: les chrétiens sont exécutés. Plusieurs attentats terroristes ont lieu en Afrique sub-saharienne en 2015: le 20 novembre, l’hôtel Radisson de Bamako est pris d’assaut par des djihadistes qui tuent 20 personnes avant d’être abattus, une attaque revendiquée par Al Qaïda au Maghreb islamique.

Violences xénophobes en Afrique du Sud
Les attaques xénophobes ont démarré au mois d’avril, après les propos du roi zoulou Goodwill Zwelithini (la plus haute autorité traditionnelle de la province du Kwazulu Natal), appelant les étrangers à faire leurs bagages et rentrer chez eux. Installés dans la ville de Durban et le centre-ville de Johannesburg, plusieurs ressortissants des Africains ont été la cible d’attaques répétées des sud africains. Les assaillants ont souhaité qu’ils quittent l’Afrique du Sud. Ils ont tué plusieurs personnes, affronté la police sud-africaine et incendié des voitures.

Putschs :

Au Burkina
Au soir du jeudi 17 septembre, le général Gilbert Diendéré a repris les rênes du pays. Nommé président du Conseil national de la démocratie (CND), qui avait pris en otage Michel Kafando et Isaac Zida la veille, l’ancien bras-droit de Blaise Compaoré n’a pas résisté à l’opposition de la population, de la société civile et de la communauté internationale. Il est actuellement prison.

Au Burundi
Une tentative de coup d’État a été perpétrée le 13 mai au Burundi, dirigée par le général Godefroid Niyombare, après l’annonce de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat. Il s’agit de la cinquième tentative de coup d’État au Burundi depuis 1966.

Attaques d’hôtels au Mali :

A Sévaré
L’attaque du 7 août contre un hôtel de Sévaré, dans la région de Mopti (centre du Mali), qui a fait 13 morts selon un bilan officiel, a été revendiquée mardi 11 août par un cadre jihadiste proche du prédicateur radical malien Amadou Koufa et lié au groupe Al Marabitoune de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar. Jusqu’alors, les jihadistes alliés à Ansar Dine étaient au cœur des soupçons.

Au Radisson
Le 20 novembre, des étrangers d’au moins 14 nationalités font partie des quelque 170 clients otages, de l’hôtel Radisson Blu de Bamako, lors de l’attaque, qui a fait au moins 27 morts, selon le ministère malien de la Sécurité intérieure.

Obama au siège de l’Union africaine
Barack Obama a été le premier président américain à prononcer, un discours le 28 juillet, depuis le siège de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba, la capitale éthiopienne. « Les progrès démocratiques en Afrique sont en danger quand des dirigeants refusent de quitter le pouvoir à l’issue de leur mandat », a déclaré M. Obama. « La loi est la loi, et personne n’est au-dessus, pas même les présidents », a-t-il poursuivi.

Crise des réfugiés
En septembre, la crise des migrants, chassés par la guerre et la pauvreté au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique s’est amplifiée durant tout 2015. La photo du petit Aylan Kurdi retrouvé noyé sur la plage de Bodrum en Turquie a provoqué une émotion considérable et l’onde de choc a poussé quelques jours plus tard la chancelière allemande Angela Merkel à réclamer l’ouverture des frontières en Europe. Plus d’un million de personnes sont entrées dans l’espace Schengen cette année par la mer.
«Charlie Hebdo»

Le 7 et le 9 janvier, douze personnes dont les dessinateurs Cabu, Charb, Wolinski ou l’économiste Bernard Marris, sont tuées par deux djihadistes français, les frères Kouachi, lors de l’attaque contre l’hebdomadaire satirique «Charlie Hebdo», en plein Paris, mercredi 7. Le lendemain Amédy Coulibaly, ami des frères Kouachi, tue lors d’un accrochage une jeune policière à Montrouge, avant le vendredi 9 de tuer quatre clients juifs de la petite épicerie «Hyper cacher» porte de Vincennes à Paris. La France est sous le choc, plus de 4 millions de personnes participent les 10 et 11 janvier, à la marche républicaine à Paris, «Je suis Charlie». Contre le terrorisme, six chefs d’Etat africains ont participé au rassemblement. Il s’agit du Président malien Ibrahim Boubacar Keïta, du Président nigérien Mahamadou Issoufou, du Président sénégalais Macky Sall, du Président béninois Thomas Boni Yayi, du Président togolais Faure Gnassingbé et du Président gabonais Ali Bongo.

Attentats de Paris
30 morts et 350 blessés dont des africains: c’est un carnage qu’ont commis en 33 minutes, le 13 novembre, 9 terroristes à Paris sur la terrasse de plusieurs bars parisiens et au Bataclan, tandis que les attaques échouaient au Stade de France. L’état d’urgence est décrété le soir même, il est ensuite prolongé pour 3 mois. La France est traumatisée, l’enquête a des ramifications en Belgique et plusieurs pays annoncent qu’ils vont aider Paris militairement en Syrie, tandis que dans le pays se met en place un arsenal législatif critiqué par les associations de défense des droits de l’homme.

Par la rédaction/Times24.info

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.