Etoudi Gedeon 11:19:00
C’est depuis le samedi 5 décembre 2015 que la consigne selon laquelle aucune femme ne doit s’approcher du marché de la ville de Mora dans la région de l’Extrême-Nord est entrée en vigueur.


A en croire le quotidien Le Jour qui révèle cette information dans son édition du lundi 07 décembre 2015, cette décision a été prise par les autorités locales à la suite d’ «un mystérieux renseignement qui faisait état de ce que de nombreuses candidates à l'attentat suicide avaient été envoyées par Boko Haram. Elles auraient franchi la frontière et essaieraient de se faire sauter dans la capitale du département du Mayo Sava».

Pour comprendre la décision des autorités locales, le journal rappelle que depuis de longs mois, les combattants du groupe terroriste essaient en vain de pénétrer dans la ville située à 25 kilomètres au moins de la frontière avec le Nigeria.

«Les combattants de la secte islamiste envoient désormais des jeunes filles, dont beaucoup sont d'anciennes captives, à qui ils ont fait un lavage de cerveau. Elles sont conditionnées au suicide par des membres de la secte non combattants au strict sens militaire. Les combattants armés, eux, sont terrés dans des lieux impossibles comme la forêt de Sambisa, les massifs austères des Mandara ou des tunnels», apprend-on.

Persuadées que les combattants de la secte sont en train de reconstituer leur force militaire, les forces de défenses et de sécurité camerounaises en collaboration avec l’armée nigériane ont décidé de mettre une pression sur le groupe terroriste. C’est ainsi qu’une vingtaine de combattants de Boko Haram ont été tués la semaine dernière. «Les hommes étaient dans un tunnel vers Mozogo. Les coordonnées du lieu ont été transmises aux militaires camerounais qui ont tiré sur le bunker de fortune tuant ses occupants», rapporte le jour.

Sources : Cameroon-Info.Net HeadLines

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.