Etoudi Gedeon 19:06:00

Les 2.000 derniers soldats du corps expéditionnaire tchadien engagé début 2015 au Nigeria, au Cameroun et au Niger contre les islamistes nigérians de Boko Haram sont rentrés vendredi à N’Djamena.

Au total, le président Idriss Déby Itno avait mobilisé environ 5.000 hommes pour déclencher une offensive contre les militants de Boko Haram, qui a depuis rallié l’organisation de l’Etat islamique (EI).

Des troupes tchadiennes restent sur le terrain mais elles sont désormais sous commandement de la force régionale de lutte contre Boko Haram, formée des pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Cameroun, Tchad, Niger) et du Bénin. Comme ses voisins, le Tchad est régulièrement la cible d’attaques menées par les islamistes.

Samedi, 27 personnes été tuées par un triple-attentat suicide sur le marché d’une localité de la région du lac Tchad. Lors de ces offensives terrestres, l’armée tchadienne a infligé des pertes sévères aux islamistes, notamment en les chassant de plusieurs localités sous leur contrôle au Nigeria.

Le chef djihadiste Abubakar Shekau « a intérêt à se rendre, nous savons là où il est. S’il refuse de se rendre, il va subir le même sort que ses camarades ont subi », avait déclaré le chef de l’Etat tchadien lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, en visite de travail à N’Djamena. « Le chef du groupe islamiste », a-t-il poursuivi, a fui Dikwa lors des derniers combats entre l’armée tchadienne et les insurgés ».

« Nous allons gagner la guerre et nous allons anéantir Boko Haram contrairement à ce que pensent certains médias. Les forces tchadiennes et nigériennes vont continuer leur mission pour mettre fin définitivement à cette nébuleuse », avait ajouté Idriss Déby.

Pour l’armée tchadienne, le bilan est également lourd. Selon des sources militaires tchadiennes, 113 soldats ont été tués au combat et 660 blessés dans les opérations au Niger, Nigeria et au Cameroun.


Sources : Times24

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.