Etoudi Gedeon 08:40:00

Au moins 14 personnes ont été tuées mercredi en Californie quand plusieurs tireurs ont ouvert le feu dans un immeuble de services sociaux à San Bernardino, avant de s'enfuir, a annoncé la police. La fusillade a également fait 17 blessés, a indiqué Vicki Cervantes, une responsable de la police de San Bernardino, ville située à environ une heure de route à l'est de Los Angeles.


Quelques heures après, des échanges de tirs ont éclaté sur un axe routier autour d'un véhicule 4x4 noir vraisemblablement emprunté par les meurtriers dans leur fuite. « La situation évolue encore, il y a eu des tirs et un suspect est à terre », a déclaré Mme Cervantes, sans préciser si les auteurs de l'attaque étaient au nombre de deux ou trois. Elle a indiqué qu'un policier avait été blessé.

Les télévisions américaines diffusaient des images prises d'hélicoptère montrant des agents des forces d'intervention, abrités derrière leurs véhicules, près du 4x4 criblé de balles, un corps reposant à terre non loin. Les policiers, craignant manifestement des explosifs, ont approché du véhicule des suspects un engin de déminage et utilisé une perche. Ils ont finalement extrait du véhicule ce qui semblerait être un second corps.

La fusillade, au sujet de laquelle les questions demeuraient nombreuses, a consterné le président Barack Obama, qui a adressé ses condoléances aux familles de victimes. Le visage grave, il a déploré ces tueries qui se reproduisent aux États-Unis et sont...
« sans équivalent ailleurs dans le monde ». « Il y a des mesures que nous pourrions prendre, non pas pour éliminer toutes ces fusillades, mais pour améliorer les chances qu'elles ne se produisent pas avec une telle fréquence », a déclaré M. Obama sur la chaîne CBS. « Nous ignorons les motivations de cette fusillade à ce stade », a commenté le chef de la police locale Jarrod Burguan dans une conférence de presse.
Aucune interpellation
Selon les premiers éléments d'enquête, les tireurs semblent avoir agi de façon organisée et déterminée, étant habillés de tenues paramilitaires. Ils pourraient avoir pris la fuite à bord d'un véhicule de type 4x4 de couleur sombre. Aucune interpellation n'a été effectuée selon la police. Des centaines de membres de forces de l'ordre ont été déployées, avec le soutien du FBI, à San Bernardino, une ville située environ une heure à l'est de Los Angeles.

Cette nouvelle fusillade intervient cinq jours seulement après une tuerie dans un centre de planning familial dans le Colorado qui avait déjà provoqué la colère du président Obama et relancé pour la énième fois le débat sur la réglementation des armes à feu aux États-Unis.

Auparavant, les pompiers de San Bernardino avaient dit « intervenir à la suite d'informations selon lesquelles il y aurait eu 20 victimes lors d'une fusillade », selon leur compte Twitter. Le président Obama a demandé à être tenu au courant des développements, a indiqué un responsable de la Maison-Blanche.

Engin explosif
Les télévisions américaines ont diffusé les images de dizaines de personnes sortant à la hâte, les mains en l'air sur le parking d'un bâtiment, cerné par des policiers lourdement armés.Les coups de feu se sont produits au Inland Regional Center, un centre social au service de personnes handicapées. Le site emploie environ 670 personnes dans plusieurs bureaux dans les comtés californiens de San Bernardino et de Riverside, selon sa page Facebook. Il vient en aide à plus de 30 200 personnes souffrant de handicaps, de la petite enfance à la vieillesse, ainsi qu'à leurs familles.

La chaîne CBS a affirmé par ailleurs qu'une équipe de démineurs est intervenue pour « neutraliser ce qui a été considéré comme pouvant être un engin explosif ».Les tirs sont intervenus près d'un terrain de golf.« Cela s'est passé en face de notre rue, nous évacuons les gens par une sortie située à l'arrière », a déclaré à l'AFP un employé du site.

Ce nouveau drame survient moins d'une semaine après celle de Colorado Springs (Colorado, ouest), lorsqu'un homme était entré dans un centre de planning familial et avait abattu trois personnes, dont un policier, et blessé plusieurs autres, avant d'être arrêté. La classe politique américaine n'a pas tardé à réagir.

La candidate démocrate à la Maison-Blanche, Hillary Clinton, a affirmé dans un tweet qu'elle refusait « d'accepter ceci comme normal »« Nous devons agir pour mettre fin à la violence avec les armes à feu immédiatement », a-t-elle ajouté.

À la date du 27 novembre, les États-Unis ont été le théâtre de 351 fusillades de masse en 2015, soit plus d'une par jour, selon le site Shootingtracker, qui recense tous les incidents de ce type impliquant au moins quatre victimes, qu'elles aient été tuées ou blessées.

Sources : Cameroonvoice Today!

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.