Etoudi Gedeon 12:52:00
“Nous sommes en alerte nuit et jour pour protéger notre ville d’autres attaques kamikazes de Boko Haram”, assure Modo, membre du comité de vigilance de Fotokol. Frontalière du Nigeria, cette ville camerounaise est la cible d’incessantes attaques des islamistes nigérians, du harcèlement armé aux attentats-suicide.


Ici, comme dans d’autres localités de l’Extrême-Nord du Cameroun, des groupes de civils s’organisent depuis plus d’un an pour traquer les combattants de Boko Haram. Outre ses raids meurtriers, Boko Haram a perpétré depuis juillet au moins 16 attentats-suicides dans la région, tuant plus de 100 habitants.

Mais le bilan serait bien plus élevé si, dans certains cas, des membres de comités de vigilance n’étaient pas intervenus à temps. Ainsi, le 9 novembre à Fotokol, l’un d’eux, Danna, 20 ans, a permis d’éviter un carnage.

Sources : Kamer Kongosa

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.