Etoudi Gedeon 08:08:00
Depuis les attentats qui ont frappé la France, le 13 Septembre, les autorités française prennent les dispositions pour se préparer à un éventuel attentat bio-chimique. 

Dans son discours devant l’Assemblée, Manuel Valls a évoqué, jeudi 19 novembre, des risques d’attentats bio-chimiques. Au lendemain des attentats, un arrêté publié par le ministère de la Santé demande à l’armée de livrer les hôpitaux et le Samu en sulfate d’atropine, un antidote contre certains gaz toxiques.

Pour Olivier Lepick, spécialiste des armes chimiques, la menace d’une attaque de ce type existe, mais elle est encore très faible : « Ce n’est pas parce que Daesh a mis la main sur quelques stocks résiduels, probablement irakiens ou syriens que l’organisation a la capacité d’organiser un attentat de ce type en France. Il y a un certain nombre de barrières techniques et logistiques. 
Sources : Africeleb.com
 

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.