Etoudi Gedeon 13:33:00

La sortie de l’auberge, ce n’est pas pour demain à la Fédération camerounaise de football. Après la récente décision d’annulation des élections de la Chambre de conciliation et d’arbitrage, l’ancien premier vice-président avait effectué une sortie dans le quotidien Mutations. John Begheni Ndeh faisait alors savoir qu’il n’était nullement intéressé par la Fecafoot.

L’ancien ministre fait une autre sortie ce 18 novembre 2015 dans les colonnes du quotidien Le Jour. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa position n’est plus la même. John B. Ndeh affirme dans l’entretien qu’il accorde au journal que ses «propos ont été mal interprétés». Selon lui, «une fois la décision de la Cca rendue publique, il était tout d'abord question pour moi de chercher à connaître ses motivations et ses implications».

Il s’est ainsi rendu compte que la première implication si la décision est appliquée, c’est qu’il devient le nouveau patron de la Fecafoot. «En tant que premier vice-président sortant, je me sens concerné au premier plan, dans la mesure où selon les statuts et les textes de la Fecafoot, il me revient la lourde charge d'assurer l'intérim en l'absence de M. Iya Mohammed. Contrairement à ce qui se dit, la situation actuelle de la Fécafoot constitue aujourd'hui ma principale préoccupation», déclare désormais l’homme originaire de la région Nord-Ouest.

John Begheni Ndeh annonce d’ailleurs des actions dès ce mercredi : « …les actes pris par M. Tombi sont nuls et de nul effet et cette situation, si elle perdure, est de nature à mettre en danger l'ensemble de nos sélections nationales. En attendant, nous allons saisir dès aujourd’hui la Fifa, la Caf, les banques et les partenaires économiques de la Fecafoot pour leur communiquer la sentence de la Cca et leur demander de surseoir à tout paiement jusqu’à nouvel ordre».

Y a-t-il une chance que sa démarche aboutisse ? John Begheni Ndeh qui dit vouloir se concerter avec le comité exécutif sortant, l’espère vivement parce que «Le Cameroun est un Etat de droit et c'est l'un des acquis majeurs du président de la République, son Excellence Paul Biya. Et de ce fait, nul ne peut être au-dessus de la loi. Personne n'a intérêt à plonger notre fédération dans l'illégalité».

Sources : Cameroon-Info

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.