Etoudi Gedeon 22:38:00

Le candidat du MRC a tenu son premier meeting de campagne ce jour au quartier Bonaberi, sous une forte surveillance policière.

C’est vêtu d’un maillot des Lions indomptables que Maurice Kamto est arrivé ce 22 septembre à l’esplanade du lycée bilingue de Bonaberi à Douala. Au milieu des dizaines de militants de son parti réunis en ce lieu, le président du mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a bravé l’interdiction d’y tenir son premier meeting de campagne. « Je suis là, nous sommes là, personne ne nous interdira de tenir un meeting dans ce pays« , a lancé Maurice Kamto dès sa première prise de parole, sous la clameur d’une foule hystérique.


Dans ce quartier de la ville de Douala connu pour abriter une importante communauté de ressortissants anglophones, Maurice Kamto a centré son discours sur la résolution de la crise qui secoue leurs deux régions d’origine depuis bientôt deux ans. « Bonaberi je vous entends, jamais je ne vous trahirai (…) Le massacre de nos frères anglophones n’est pas notre politique. C’est pourquoi je vous redis, dès que je suis élu, je me rendrai dans les villes et villages anglophones, j’irai dans les forêts chercher nos frères, j’irai en brousse essuyer les larmes de nos mamans, de nos parents, dans ces régions. Je reviendrai avec eux, afin qu’ensemble, on construise l’émergence du Cameroun », a clamé Maurice Kamto.


Celui qui se présente comme le tireur de penalty, a également adressé un mot à l’endroit de la jeunesse, raillant au passage une des politiques du président sortant Paul Biya. « A vous les jeunes, je ne vous offrirai pas des ordinateurs qui ne marchent pas, mais la formation. Nous allons garantir une formation professionnelle à tous les jeunes, afin qu’ils puissent prendre part à la construction de notre beau pays » a-t-il ajouté, sous les applaudissements approbateurs de son directeur de campagne Paul Eric Kingue, présent à ses côtés pour l’ouverture de la campagne.


Ce premier meeting du candidat Maurice Kamto a été marqué par la présence d’une forte mobilisation policière. Les organisateurs ont pris le soin de respecter la consigne du sous-préfet de ne pas occuper la chaussée et bloquer le passage des véhicules. Ils n’ont par conséquent pas été inquiétés par les gendarmes présents. Après Bonaberi, Maurice Kamto s’est rendu au collège Saint Michel de Douala pour y tenir son second meeting de la journée. Cette journée de campagne est la première d’une tournée nationale, qui verra le président du MRC faire une nouvelle fois le tour des dix régions du Cameroun, selon le programme rendu public par son parti.

La rédaction

Etoudi Gedeon 20:09:00

L’ancien capitaine de l’équipe nationale de football ne disputera pas la CAN 2019 au Cameroun.

L’information a été relayée par plusieurs sites d’informations ce jour. Benjamin Moukandjo n’évoluera plus sous les couleurs des Lions indomptables. Le capitaine du Cameroun champion d’Afrique en 2017 au Gabon vient de prendre sa retraite internationale via une note rendue publique sur la toile. 

« J’ai pris connaissance de ma non sélection dans la première liste de joueurs appelés pour la campagne préparatoire des Lions Indomptables à la CAN 2019 et des déclarations du sélectionneur national, Mr Clarence Seedorf. Je trouve cependant cette démarche inélégante et injuste a mon égard. Inélégante parce que je n’ai même pas eu droit à un coup de fil, en ma qualité de capitaine ayant conduit les Lions au cinquième sacre du Cameroun, en 2017, et ce en dépit des contingences ayant à plusieurs reprises voulu dans l'ombre influencé le maintien de la cohésion du groupe. 


Injuste en raison de l’argument avancé selon lequel des joueurs « des championnats exotiques » ne méritent pas d’être appelés pour déficit de compétitivité. A ce sujet, et en toute modestie, mon niveau réel actuel, ainsi que celui d’autres coéquipiers, auraient dû d’abord être évalués sur le terrain avant toute prise de décision de mise à l’écart. En toute objectivité. Car la sélection doit demeurer ouverte à tous les talents du Cameroun. En mon âme et conscience j’ai décidé de me retirer de l’équipe nationale du Cameroun.

Je reste fier des années passées au sein des Lions indomptables et remercie tout mes coéquipiers, et ceux qui m’ont soutenu et fait confiance . Je me retire convaincu, en toute humilité, d’avoir accompli ma mission et d’avoir été à la hauteur des attentes de la patrie. Je souhaite bonne chance à mes valeureux camarades et coéquipiers appelés à défendre les Lions pour la prochaine CAN, que je souhaite ardemment être à nouveau remportée pour l honneur du Cameroun. » explique-t-il. Benjamin Moukandjo évolue actuellement avec le club de Beijing Renhe. Il y a prêté par le Jiangsu Suning avec lequel il est sous contrat jusqu’à 2019.

La Rédaction

Etoudi Gedeon 11:15:00

La fabrication des produits en cuir à base de fibres d’ananas est possible depuis quelques années, en Côte d’ivoire. Koffi N’guessan, un jeune entrepreneur Ivoirien de 21 ans à travers son entreprise « Tyegro-CI » révolutionne le secteur agro- alimentaire.

En plus de produire des vivriers, l’entreprise s’est aussi tournée vers la fabrication du cuir. Il s’agit de fabriquer du cuir à base des fibres extraites des feuilles d’ananas. 480 feuilles (soit environ 16 ananas) sont nécessaires pour fabriquer un mètre carré de textile qui pourra un jour servir à fabriquer des sacs à main, vestes et chaussures pareil à du cuir animal.


« En plus des cultures, nous transformons aujourd’hui le cacao en chocolat, l’ananas en cuir, la banane en sachet biodégradable, le manioc et le maïs en farine et aliment de bétails et volailles afin de lutter contre la destruction de la flore et de la faune qui conduit au changement climatique menaçant la race humaine tant en Afrique que dans le monde. Ce qui me permet d’employer aujourd’hui 41 personnes », a déclaré l’entrepreneur dans un entretien il y a peu.


Malgré son jeune âge, l’entrepreneur conduit d’une main de chef son entreprise. En 2016, le jeune a été désigné pour le prix du meilleur jeune entrepreneur agricole africain financé par la FONDATION LOUIS DREYFUS et le troisième prix du meilleur jeune entrepreneur africain financé par la FONDATION MASTER CARD le tout coordonné par The Anzisha Prize et African Leadership Academy (ALA).

Source: Africatopsuccess.com
Fourni par Blogger.